Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/03/2017

S’agenouiller à son prie dieu guess pas cher

Avec cet espoir, Ursule, et si vous me permettez de vous nommer dans mon cœur comme une adorée, Nemours sera pour moi le paradis, et les plus difficiles entreprises ne m’offriront que des jouissances qui vous seront rapportées comme on rapporte tout à Dieu. Dites-moi donc que je puis me dire Ursule baisa cette lettre ; puis, après l’avoir relue et tenue avec des mouvements insensés, elle s’habilla pour aller la montrer à son parrain.  Mon Dieu ! j’ai failli sortir sans faire mes prières, dit-elle en rentrant pour s’agenouiller à son prie-Dieu guess pas cher . Quelques instants après, elle descendit au jardin et y trouva son tuteur à qui elle fit lire la lettre de Savinien. Tous deux ils s’assirent sur le banc, sous le massif de plantes grimpantes, en face du pavillon chinois : Ursule attendait un mot du vieillard, et le vieillard réfléchissait beaucoup trop longtemps pour une fille impatiente. Enfin, de leur entretien secret il résulta la lettre suivante, que le docteur avait sans doute en partie dictée. « Monsieur, » Je ne puis être que fort honorée de la lettre par laquelle vous m’offrez votre main ; mais, à mon âge, et d’après les lois de mon éducation, j’ai dû la communiquer à mon tuteur, qui est toute ma famille, et que j’aime à la fois comme un père et comme un ami. Voici donc les cruelles objections qu’il m’a faites et qui doivent me servir de réponse. » Je suis, monsieur le vicomte, une pauvre fille dont la fortune à venir dépend entièrement non seulement des bons vouloirs de mon parrain, mais encore des mesures chanceuses qu’il prendra pour éluder les mauvais vouloirs de ses héritiers à mon égard. montre guess pas cher Quoique fille légitime de Joseph Mirouët, capitaine de musique au 45e régiment d’infanterie ; comme il est le beau-frère naturel de mon tuteur, on pourrait, quoique sans raison, faire un procès à une jeune fille qui resterait sans défense. Vous voyez, monsieur, que mon peu de fortune n’est pas mon plus grand malheur. J’ai bien des raisons d’être humble. C’est pour vous et non pour moi que je vous soumets de pareilles observations qui sont souvent d’un poids léger pour des cœurs aimants et dévoués soldes guess . Mais considérez aussi, monsieur, que si je ne vous les soumettais pas, je serais soupçonnée de vouloir faire passer votre tendresse par-dessus des obstacles que le monde et surtout votre mère trouveraient invincibles. J’aurai seize ans dans quatre mois. Peut-être reconnaîtrez-vous que nous sommes l’un et l’autre trop jeunes et trop inexpérimentés pour combattre les misères d’une vie commencée sans autre fortune que ce que je tiens de la bonté de feu monsieur de Jordy. Mon tuteur désire d’ailleurs ne pas me marier avant que j’aie atteint vingt ans. Qui sait ce que le sort vous réserve durant ces quatre années, les plus belles de votre vie  ne la brisez donc pas pour une pauvre fille.

Les commentaires sont fermés.