Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/03/2017

La succession du docteur montres guess

Si je ne termine pas ce soir avec vous pour les Bordières, reprit le juge de paix, notre bail sera connu, nous serons saisis de nouveau dans trois jours, et je manquerais cette liquidation, qui me tient au cœur. Aussi vais-je de ce pas à Melun, où des fermiers que j’y connais m’achèteront les Bordières les yeux fermés. Vous perdrez ainsi l’occasion de placer en terre à trois pour cent dans les terroirs du Rouvre guess montre solde .  Eh ! bien, pourquoi venez-vous nous trouver  dit Zélie.  Parce que vous avez l’argent, tandis que mes anciens clients auront besoin de quelques jours pour me cracher cent vingt-neuf mille francs. Je ne veux pas de difficultés.  Qu’elle quitte Nemours, et je vous les donne ! dit encore Minoret.  Vous comprenez que je ne puis pas engager la volonté des Portenduère, répondit Bongrand ; mais je suis certain qu’ils ne resteront pas à Nemours. Sur cette assurance, Minoret, à qui d’ailleurs Zélie poussa le coude, promit les fonds pour solder la dette des Portenduère envers la succession du docteur montres guess . Le contrat de vente fut alors passé chez Dionis, et l’heureux juge de paix y fit accepter les conditions du nouveau bail à Minoret qui s’aperçut un peu tard, ainsi que Zélie, de la perte de la dernière année payée à l’avance. Vers la fin de juin, Bongrand apporta le quitus de sa fortune à madame de Portenduère, cent vingt-neuf mille francs, en l’engageant à les placer sur l’État qui lui donnerait six mille francs de rente dans le cinq pour cent en y joignant les dix mille francs de Savinien. Ainsi, loin de perdre sur ses revenus, la vieille dame gagnait deux mille francs de rente à sa liquidation. La famille de Portenduère demeura donc à Nemours. Minoret crut avoir été joué, comme si le juge de paix avait dû savoir que la présence d’Ursule lui était insupportable, et il en conçut un vif ressentiment qui accrut sa haine contre sa victime sac à main guess pas cher . Alors commença le drame secret, mais terrible en ses effets, de la lutte de deux sentiments, celui qui poussait Minoret à chasser Ursule de Nemours, et celui qui donnait à Ursule la force de supporter des persécutions dont la cause fut pendant un certain temps impénétrable : situation étrange et bizarre, vers laquelle tous les événements antérieurs avaient marché, qu’ils avaient préparée et à laquelle ils servent de préface. Madame Minoret, à qui son mari fit cadeau d’une argenterie et d’un service de table complet d’environ vingt mille francs, donnait un superbe dîner tous les dimanches, le jour où son fils le substitut amenait quelques amis de Fontainebleau. Pour ces dîners somptueux, Zélie faisait venir quelques raretés de Paris, en obligeant ainsi le notaire Dionis à imiter son faste. Goupil, que les Minoret s’efforçaient de bannir de leur société comme une personne tarée qui tachait leur splendeur, ne fut invité que vers la fin du mois de juillet, un mois après l’inauguration de la vie bourgeoise menée par les anciens maîtres de poste.

Les commentaires sont fermés.